Une minute de lecture

L’union fait la force !

Pour la sortie du nouvel ouvrage de l’auteur G.A. O’Neill et le second épisode de la série Mores, nous, on en profite pour faire un petit point sur les derniers évènements concernant les femmes (à travers le monde) et bien évidemment ce qu’il est en train de se produire : une union internationale. Vous n’étiez pas au courant ? Nous on vous dit que c’est ce qu’il est en train d’arriver enfin !

 

Si vous vouliez profiter de l’automne et de l’ambiance censée être douce et « brown-orangée » pour faire le point sur votre garde-robe, votre intérieur cocoon ou votre organisation perso avant l’arrivée de l’hiver et ses fêtes (combien de cadeaux à faire déjà ? Je compte… 1, 2, 10, 30… 30 ?!!!!), autant vous le dire tout de suite : ce ne sera pas possible.

Ah bon ? Et pourquoi ?

Parce que, tout comme Charly, l’héroïne de Mores (vous savez, une femme forte, un caractère affirmé, l’envie de ne pas se laisser faire, le désir d’être enfin amoureuse et de pouvoir être elle-même…) on n’a plus envie qu’on nous mette des bâtons dans les roues.

En cette fin d’année 2017, il est temps qu’on s’occupe VRAIMENT de nous (et pas seulement avec un bâton de rouge à lèvres ! (OK, même si on adore ça et qu’on en a plus d’un dans son sac). Cela dure depuis trop longtemps… quelques centaines de milliers d’années en fait ! Si si si !

Donc, comme le dit si bien Marie-Lou Dulac sur Le Salon des dames (en rappelant quelques bases : NON, c’est NON !) on compte bien suivre l’exemple de Charly et se rebeller aussi ! (Mais si vous voulez en savoir plus, il faudra vous le procurer ;-))

La lecture, c’est le truc parfait pour s’offrir un moment de détente entre deux combats. Cela nous fait réfléchir et, l’air de rien, on avance à notre manière dans cette rébellion et cette affirmation de soi.

source : via GIPHY

On se pose et on réfléchit entre deux pages sur l’impact qu’ont nos posts laissés sur les différents réseaux sociaux, sur nos participations aux différentes manif’ #metoo ou sur notre ressenti et la perception qu’ont les hommes qui nous entourent de ce que l’on vit et subit depuis des décennies.

Parce que pour eux aussi, il y va y avoir un combat à mener. Celui d’apprendre à se regarder (vraiment) et à agir (vraiment).

Alors, Charly, même si tu n’es plus flic au 36 quai des Orfèvres pendant quelque temps, vas-y, montre-nous deux articles qui t’ont tapé dans l’œil ces derniers temps !

 

Ah, au fait ! Vous ne connaissez pas encore le Salon des dames ? Nous, on adore !

L’histoire du Salon des dames ?

Au début, le Salon des dames, c’était 7 femmes que Céline réunissait en secret pour débattre et parler des droits des femmes. Un peu comme les salons du 18è siècle, ces endroits où les révolutions étaient préparées. « Tout ça a bien duré un an. Et puis très vite, nous nous sommes rendues compte que c’était absurde de réfléchir derrière nos rideaux, qu’il fallait faire ça de manière collective et utiliser les réseaux sociaux. C’est là que nous nous sommes associées et avons transformé le Salon des dames de manière digitale. On l’a lancé en septembre. Pendant 3 semaines on a stagné à 200 abonnés et puis d’un coup, ça a explosé. On a eu 50 000 abonnés en à peine 2 mois. »

Et le but dans tout ça ?

« Ne plus faire du féminisme un gros mot. Donner envie aux hommes et aux femmes de bouger les lignes ensemble. Réinstaurer une sororité entre femmes. Populariser le féminisme, ne pas proposer un énième mouvement idéologique, et réactif mais être dans l’action et point barre. C’est peut-être naïf comme démarche, mais le succès prouve que les gens en ont besoin. En ce moment, on travaille sur de nombreux projets qui touchent à l’éducation et les programmes scolaires et il y a beaucoup de travail. »

Pin It on Pinterest

Partager avec vos ami(e)s